L’ELEVAGE DES TORTUES TERRESTRES

 

  • Alimentation

La nourriture doit être composée à 90% de végétaux tels que pissenlits, trèfle, orties, plantain, chicorée, pâquerettes, chou, mâche, endives, cresson, roquette, colza, salade romaine, laitue, persil, fanes (radis, navets, carottes, betteraves), cardes, épinards, blettes. Préférer les herbes sauvages aux produits de supermarché qui sont beaucoup plus pauvres en minéraux. Vous pouvez également donner des fleurs : rose, géranium, capucine ou hibiscus. Enfin, vous pouvez compléter avec des fruits mais qui ne doivent pas dépasser 10% de l’alimentation : figue, melon, tomate, framboise, fraise, mûre, cerise, myrtille, raisin, pomme, poire, poivron, courgette, pastèque etc.

Varier le plus possible, et si elle ne mange pas les herbes du jardin saupoudrer d’un complément alimentaire contenant du calcium (nous pouvons vous conseiller).

Eviter absolument viande, œufs, haricots, petits pois, avocats, bananes, pain, pâtes et produits laitiers.

L’eau doit être en permanence à disposition, dans un récipient suffisamment large pour que la tortue y rentre entièrement, facile d’accès et peu profond (un niveau d’eau à mi-tortue est suffisant). Elle doit être changée régulièrement car les tortues font parfois leurs besoins dedans.

 

  • Habitat

 – En plein air: parc bien fermé (clôtures d’au moins 2 fois la longueur de l’animal, qui s’enfoncent partiellement dans le sol) de minimum 5 à 10 m² par tortue. Il doit contenir des herbes, un coin ensoleillé et un coin ombragé (buissons, plantes), un abri/refuge en matériau isolant et rempli de feuilles sèches/paille/terreau, et éventuellement une zone où le sol est souple pour pondre les œufs.

Respecter le ratio d’un mâle pour 4 femelles environ, sans quoi le mâle pourrait harceler les femelles et les blesser. Les femelles cohabitent bien ensemble, mais pas les mâles.

– En terrarium: suffisamment grand pour que la tortue puisse se déplacer, avec une lampe chauffante (rouge, bleue ou en céramique) sur un côté pour avoir une zone chaude à 32°C et une zone froide à 20°C. Il doit être bien éclairé de lumière naturelle, sinon rajouter une lampe à UVB. Substrat conseillé : sciure ou copeaux, terreau si changé régulièrement.

 

  • Hibernation

Vers l’automne, les tortues entrent en léthargie pour une durée de 4 mois environ. Il est conseillé de les vermifuger 2 mois avant, et surtout de ne jamais faire hiberner une tortue en mauvaise santé. Pour les jeunes tortues, si les conditions d’hibernation ne sont pas maitrisées, la première année il vaut mieux éviter l’hibernation et les garder dans un terrarium comme décrit plus haut.

La tortue va s’enterrer ou se mettre dans son abri isolé, la température idéale est de 5°C mais elle ne doit pas dépasser les 10°C ni descendre en dessous de 0°C. Si c’est le cas, la tortue va soit puiser dans ses réserves soit geler, et peut avoir de graves séquelles. De même il faut faire attention aux rats qui peuvent les attaquer pendant qu’elles hibernent.

Si les conditions ne sont pas idéales, il peut être préférable de les faire hiberner à l’intérieur, dans une cave ou un garage où la température est plus constante (toujours entre 0 et 10°C). Placer la tortue dans une petite boîte (en carton ou polystyrène avec des trous pour respirer) remplie de feuilles sèches, papier journal ou paille. Placer cette boîte dans une boîte plus grande également remplie de feuilles sèches, papier journal ou paille.

 

 

  • Maladies les plus fréquentes

– Rhinite: le nez de votre tortue se met à couler et faire des bulles, elle fait du bruit quand elle respire. C’est une maladie contagieuse qui peut se dégrader et évoluer vers les poumons si elle n’est pas traitée. Une visite chez votre vétérinaire est donc nécessaire pour lui prescrire le traitement adapté.

– Maladie osseuse métabolique: la carapace de votre tortue se déforme et des pyramides « Toblerone » apparaissent. C’est fréquemment lié à un problème alimentaire (carence en calcium) : une visite chez votre vétérinaire s’impose pour faire le point sur son alimentation et délivrer les compléments appropriés.

– Traumatismes de la carapace (tondeuse, morsure…): nettoyer la plaie avec une gaze humide sans arroser, protéger avec un chiffon propre et amenez-la d’urgence chez votre vétérinaire avant que la plaie ne s’infecte.